Louis PARENT

âge
19
Ans
Trophées
3
Trophées
Formations
Fac de Bio Chambéry

Champion de France Junior Course en Montagne

« C’est pas Versailles ici ! »

Pourtant, ce jour-là, cette matinée pluvieuse de juin, à Saint-Gervais Mont-Blanc, Louis Parent a mis les watts et allumé la lumière pour s’emparer du trône. Ce jour-là, le jeune prince fût couronné Roi : champion de France et de Navarre Juniors de course en montagne. Le point culminant d’une saison prometteuse pour celui qui, à 19 ans, n’a pas attendu l’éclat de ce titre pour devenir le Roi Soleil du Team. Roi Soleil, Louis l’était déjà tellement le trublion de l’équipe rayonne dans le collectif de par son énergie débordante, sa bonhommie contagieuse et sa passion déjà raisonnée de la montagne.

Rencontre avec ce que la Haute-Savoie, la vraie, celle aux senteurs de gentiane et de Reblochon, compte de plus fougueux et talentueux sur ses sentiers. Celui qu’on n’échangerait pour rien au monde, même pas contre un Louis d’Or.

Bah ouais, « C’est pas Versailles ici ! C’est les Aravis ! » !

Team Matryx - Louis  PARENT

Interview

Dans l'pentu

🎤 Quel bilan dresses-tu de cette saison 2019 écoulée ?

Je retiens énormément de positif de cette année. Que ce soit par les résultats, les expériences, les rencontres et tous les beaux moments de partage passés en montagne. C’est un peu la saison des « premières » pour moi avec ma découverte de la catégorie « Juniors », mon entrée dans un Team vraiment structuré autour de la performance et enfin, mon titre national.

À ma grande surprise, j’ai su tirer mon épingle du jeu sur certaines courses et j’en suis super heureux.

🎤 Peux-tu nous raconter ton plus beau souvenir de l’année 2019 ?

Mon titre de champion de France Juniors de course en montagne, à Saint-Gervais, en juin.

Ce qui rend ce moment si beau, si inoubliable, c’est le fait qu’il soit hautement improbable.

Je ne m’attendais vraiment pas à cette victoire. Le scénario m’est plutôt favorable puisque je me retrouve en tête, dans un groupe de 3, bien accompagné par mon pote du Team, Paccard Simon, à l’aube d’attaquer le dernier kilomètre. Franchement, ça avance ! On doit atteindre l’allure des footings de récup’ de Jim Walmsley, soit 19 km/h. Dans le sprint final, je me mets dans la roue de Simon, je suis au rupteur, 9000 tours/minute… J’ai le regard fixé devant moi. Plus rien ne compte. Une fois la ligne franchie, je me rends compte que j’ai gagné… Un mélange entre joie intense et incompréhension.

🎤Quel rôle à joué le Team a joué dans cette saison ?

Ce Team, c’est exactement ce dont j’avais besoin… Du soutien, des conseils, un collectif, un staff médical, l’ensemble des éléments pour performer, mais sans aucune pression de résultat et avec un maximum de liberté.

En fait, c’est comme si chacun pouvait tracer le chemin qui lui convenait le mieux vers le haut-niveau.

Comme si l’on avait le temps de construire notre démarche en fonction de nos spécificités, pas selon un modèle prédéfini et copié-collé sur chaque athlète. Après, dans le Team, l’ambiance est aussi assez géniale car on se retrouve autour d’une passion pour la nature et les montées de lactates. À ce qui paraît, dans la vie, tu as deux familles : celle que l’on te donne et celle que tu choisis.

Aujourd’hui, avec mon Team, j’ai les deux !

🎤 Quelles sont tes ambitions pour la saison 2020 à venir ?

J’aimerais que 2020 s’inscrive dans la continuité de 2019.

Aussi bien en termes de progression que d’objectifs sportifs. Je vais tout mettre en oeuvre pour essayer de décrocher une nouvelle sélection en équipe de France et arriver le couteau (l’opinel ?) entre les dents sur les grosses courses internationales ouvertes aux Juniors, comme la Short-Race (course jeune de la Maxi Race France), Sierre-Zinal ou la YCC (course jeune de l’ Ultra Trail du Mont Blanc – UTMB)…

🎤 L’année dernière, tu deviens champion de France Juniors et 7ème aux Europe avec un statut d’outsider. Avoir l’étiquette de favori désormais collé sur le dos, tu penses que cela va être plus lourd à porter ? Comment vas-tu l’appréhender ?

C’est sûr que l’effet de surprise ne sera plus le même qu’en 2019… J’arrivais sur les courses en étant inconnu au bataillon. On ne se méfiait pas de moi. Là, je vais devoir gérer ce nouveau statut, la pression, qui celle-là, pour le coup, n’est pas facile à descendre (sourire). Mon plan, c’est de prendre toutes les courses comme elles viennent, sans trop me projeter sur un objectif précis, et donner le maximum.

Courir sans avoir aucun regret et faire les comptes, après !

Team Matryx - Louis  PARENT

Ses chaussures

Logo Matryx
Millet Light Rush Matryx

Millet

Light Rush
Matryx
Voir
Hoka One One Mafate Evo Matryx

Hoka One One

Mafate Evo
Matryx
Voir
Hoka One One Rehi Matryx

Hoka One One

Rehi
Matryx
Voir

On en parle

Dans la presse