Baptiste CHASSAGNE

âge
25
Ans
Trophées
6
Trophées
Formations
Diplômé Sciences Po Paris

Autoentrepreneur

Conseiller en communication

Baptiste, c’est le poète. Il aime les mots autant que les kilomètres.

Quitte à en faire parfois un peu trop. Le stylo et les jambes sont souvent légers comme la plume mais peuvent devenir, à certaines occasions, lourds comme l’enclume. Entrepreneur et journaliste, cette année, l’objectif de notre Tintin le Reporter ne se situe ni au Congo, ni au Tibet, ni au pays des Soviets mais bien dans l’apprentissage des principes de précision et de concision.

L’esprit trail c’est acquis, l’esprit de synthèse en travail ! Car non, 18 dossards par saison ce n’est pas possible. Et les comptes rendus de course plus denses que le Petit Robert non plus ! Épicurien, pas fléxitarien pour un sou, une chose est certaine : il aime le houblon et le saucisson ! En témoigne cette tendance à participer à toutes les petites courses de village qui font la salaison de notre passion. L’enjeu ? Canaliser la fougue et encadrer la créativité pour confirmer les promesses affichées lors de sa deuxième année pratique de la discipline. Histoire de mettre en pratique cette punchline de la Scred Connexion qu’il répète plus souvent que les tours de piste :

Jamais dans la tendance, toujours dans la bonne direction !

Team Matryx - Baptiste CHASSAGNE

Interview

Dans l'pentu

En quoi intégrer le Team Matryx va te permettre de progresser ? Quelles sont tes attentes ?

À la base, mon sport de prédilection, c’est le foot. J’y ai joué pendant près de 15 ans avant de bifurquer vers le trail. Or, ce qui me manquait jusqu’à présent, c’était la dimension collective. Même si l’état d’esprit à l’oeuvre sur les chemins est hyper convivial !

Je n’ai jamais ressenti de motivation plus forte que de mouiller le maillot pour mon équipe.

Le fait d’intégrer une structure qui englobe différents aspects de la performance, c’est également un super levier de progression.

En quoi ce Team se différencie de ceux déjà existants ?

Pour moi, la différence principale se situe dans la démarche à l’origine de ce Team. Le mouvement n’a pas été insufflé par une marque ou un territoire, mais par deux petits gars avec des convictions qui, avec leurs petites épaules et leurs gros quadriceps, ont monté le projet et su fédérer autour d’eux un Team bourré de talent et entouré de super partenaires. En tant qu’autoentrepreneur, ils m’ont aussi offert l’opportunité de grandir sportivement et professionnellement, de mener mon double projet… Vis-à-vis de cela, je leur suis hyper reconnaissant.

Quels sont tes objectifs ?

J’ai vraiment commencé le trail il y a deux ans, à mon retour de Paris, où je faisais mes études. L’idée est donc prendre le temps de poursuivre mon apprentissage. Pour progresser, je vais tâcher de structurer mon plan d’entrainement, avec Simon, mon coach et celui du Team ; développer l’aspect technique, en devenant plus montagnard, moi qui suis plutôt urbain ; et tenter de moins m’éparpiller sur la saison afin de viser des pics de forme sur des objectifs clés. Notamment le Golden National Trail Series, les Championnats de France de Trail et l’OCC.

Tu invites quels athlètes pour une croziflette face au Mont Blanc ?

Déjà, j’invite un chef étoilé pour se charger de la cuisiner. Histoire d’éviter de finir avec des pâtes à l’eau. Jean Sulpice par exemple ! Sachant qu’en plus, c’est un toqué qui aime le pentu. Ensuite, N’Golo Kanté. Pour bosser la VMA avant de s’attabler, mais aussi car, même si sa parole est rare, je suis certain qu’il a beaucoup de choses à nous apprendre… Enfin, je ramène mon frère et mes potes, car difficile de vivre un très bon moment sans eux. Un choix purement stratégique pour la 3ème mi-temps et le génépi qui se profilent.

Car de toute façon, le lendemain ce sera repos : j’aurais déjà travaillé la VMA avec N’Golo Kanté la veille !

Team Matryx - Baptiste CHASSAGNE

Ses chaussures

Logo Matryx
Hoka One One Mafate Evo Matryx

Hoka One One

Mafate Evo
Matryx
Voir
Hoka One One Rehi Matryx

Hoka One One

Rehi
Matryx
Voir

On en parle

Dans la presse